Humour et suicide

Humour et suicide, une association pas toujours heureuse…

Lorsque j’ai découvert le 4ème de couverture de la novella d’Antoine Lencou Votre mort nous appartient, publié chez Griffe d’Encre, le pitch m’a fait penser au Magasin des suicides de Jean Teulé. L’animateur de l’atelier d’écriture auquel j’assistais il y a deux ans nous en avait lu des extraits et m’avait donné très envie de le lire.

Je n’ai pas été déçue par la novella d’Antoine Lencou. Dans un monde futuriste où la mort est soumis à un contrôle strict, il faut engager des procédures sans fin pour obtenir le droit de se suicider. Le héros échoue à plusieurs reprises à contourner le système : il décide donc de le pénétrer à l’aide de ses amis table basse et coussin, des objets intelligents.

Le héros est attachant, l’univers hilarant, la réflexion brillante sans être envahissante, bref, cette novella est une vraie réussite.

Puis, la semaine dernière, on m’a offert Le magasin des suicidés. Le pitch : le benjamin des tenanciers d’une boutique d’articles de suicide est un irréductible optimiste qui bouleverse leur vision de la vie et de la mort. Ce matin, je me régalais à l’avance d’en commencer la lecture dans le bus, certaine d’aimer.

J’ai vite déchanté. Passée la bonne surprise du premier chapitre, j’ai eu du mal à me laisser emporter par des personnages changeants (des caractères et un langage mal définis), un style léger mais inégal (passages oraux puis grandes envolées lyriques), des rebondissements un peu poussifs. Il y a quand même des trouvailles drôles et étonnantes, notamment en ce qui concerne l’industrie du suicide, mais l’univers est décevant, trop peu développé : on sait juste que les religions ont disparu, que la ville est peuplée de dépressifs, que les rues de la ville portent des noms de suicidés célèbres. Au final, j’ai refermé le livre en me disant que je venais de lire un ersatz de Tistou les pouces verts de Maurice Druon (Lisez-le !), la subtilité et la poésie en moins.

Et je m’en veux, parce que je me dis que si j’avais entamé la lecture de ce livre sans en attendre autant, sinon plus, que la novella de Lencou, je me serais peut-être laissée divertir. Ça me servira de leçon pour la prochaine fois !

Publicités
Catégories : Lire | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :