Ugo Bellagamba (et moi)

L’été dernier, j’ai découvert Ugo Bellagamba à travers sa nouvelle « Chimères ! » parue dans le Bifrost n°36. Sur une planète luxuriante récemment colonisée et en cours de terraformation, les hommes se protègent de la faune menaçante grâce à des chimères, sortes de garde du corps à l’apparence animale. L’écriture douce et sensible, les personnages attachants, la façon d’insérer dans le récit des explications scientifiques avec clarté et naturel m’avaient conquise.

Piquée de curiosité, je me suis alors procurée la Cité du Soleil et autres récits héliotropes. Mais jusqu’à maintenant, je repoussais le moment de m’y attaquer. J’avais peur d’être déçue après le plaisir que j’avais éprouvé à la lecture de « Chimères ! ».

Enfin, je l’ai lu.

Je ne regrette pas.

Je suis fan.

Couverture du livre en poche par Benjamin Carré

Ce recueil comporte trois novellas : une fantastique et deux science-fictionnesques. Toutes trois sont des quêtes initiatiques (j’adore ce thème !). J’ai retrouvé l’écriture douce et fluide, la clarté des explications techniques, les personnages qui nous emportent dans leur quête. L’action est parfaitement dosée, et les descriptions justes mais sans fioritures, laissant l’imagination du lecteur broder autour des éléments de décor fournis. Les fins ouvertes m’ont un peu frustrée mais au moins, elles laissent le choix au lecteur sur l’issue du récit.

*La Cité du Soleil : Paul, professeur en histoire du droit à l’université, a disparu. Sa petite amie et collègue Laura, part à sa recherche sur les traces de l’utopique Cité du Soleil imaginée par Tommaso Campanella, un moine du XVIIème siècle.

Le récit alterne entre les aventures de Laura et des extraits de thèse de Paul, ce qui permet de faire passer subtilement tout un tas d’informations passionnantes sur les utopies (en tout cas de mon point de vue de mordue d’histoire). Quelques passages chamallow, histoire d’amour oblige, mais bon, je suis très pointilleuse sur la crédibilité des histoires d’amour. La fin ne m’a pas emballée, je l’ai trouvée un peu rapide.

*L’Apopis républicain : Il s’agit d’une uchronie. L’empire de Napoléon Ier a perduré et s’est mâtiné de références religieuses à l’Égypte antique. Une mystérieuse pierre découverte à Nabta entraîne les héritiers de l’empereur vers Titan, le satellite de Saturne, tandis qu’une révolution républicaine se prépare.

Encore une fois l’histoire occupe une place importante, mais moins du point de vue des faits que de la façon dont ils sont traités : Que peut-on sacrifier au nom d’un idéal politique ? Une révolution doit-elle forcément être sanglante ? Comment imposer la liberté sans la brimer ? Le héros, Giordano Trismegista, se pose ces questions et d’autres, tiraillé entre son amitié pour le prince, sa soif de connaissances et sa loyauté à la cause républicaine. L’auteur nous fait partager ses doutes et ses espoirs avec brio.
Une nouvelle dans le même univers nous dévoile ensuite le destin des descendants des révolutionnaires.

*Dernier filament pour Andromède : Les Archontes ont décidé la mort de l’univers. Mais les Hu refusent cette fin imposée. Ils placent tous leurs espoirs de survie en Hu-Jon, gardien de la Mnémothèque céleste.

Cette novella est ma chouchoute du recueil. Les personnages sont des entités d’énergie qui se nourrissent d’étoiles, et l’auteur a tenu compte de cela pour décrire leurs sensations et leurs émotions. On s’y croirait. Par contre, je regrette un peu la référence à des institutions de l’Antiquité pour désigner les créatures (les Archontes ou les Consuls).

En bref, vous aurez compris, les récits d’Ugo Bellagamba sont brillants et je vous conseille vivement leur lecture.

(À part ça, je n’arrive toujours pas à rattraper mon sommeil et ma novella n’avance pas des masses. Donc entre deux siestes, je lis :-P)

Publicités
Catégories : Lire | 9 Commentaires

Navigation des articles

9 réflexions sur “Ugo Bellagamba (et moi)

  1. En tout cas, la façon dont tu en parles donne envie !

  2. ekwerkwe

    Bon alors, j’ai une nouvelle démente pour toi.
    Sur le forum Imagin’Aix, nous avons décidé de relancer les interviews collectives d’auteurs. Et après avoir rencontré le trèèèès sympathique Ugo cet automne, Aphraël (la « chef ») et moi (la p’tite nouvelle) avons porté notre choix sur Tancrède (et le reste de son œuvre, accessoirement). C’est une belle occasion, donc, de poser à l’auteur toutes les questions, sur le fond et sur la forme, qui te passent par la tête. Et en tant que jeune auteur, c’est (il me semble) doublement intéressant.
    Le projet est ici: http://imagin-aix.frbb.net/projets-f8/projet-ugo-bellagamba-t536.htm.

    • Youhou ! Je vais vite aller voir ça !
      Merci pour l’info Ekwerkwe ! :D
      (mais il va falloir que je lise Tancrède fissa, pour participer)

  3. Sylmar

    Hello,

    Lu aussi la Cité du Soleil, bien accroché sur les deux premières nouvelles, mais moins sur la dernière, bien que j’ai été un peu étourdi par l’écriture et l’immersion dans ces êtres abstraits…

    Et je vais aller lire rapidement ce qu’il y a ce lien aussi !

    • Merci de partager tes impressions sur ces novellas ici !
      C’est rigolo la différence de ressenti que deux lecteurs peuvent avoir sur une novella (ici la dernière). À moi, les êtres abstraits m’ont paru si bien décrits que j’ai réussi à les imaginer et à m’identifier à eux !

  4. ekwerkwe

    Je te conseille vivement de lire Tancrède (avant fin avril de préférence), mais on peut poser des questions sur l’ensemble de l’œuvre d’Ugo B!
    Héhé.

  5. Sylmar

    Salut Macalys,

    Ecoute, la dernière nouvelle m’a plutôt soufflé, j’ai trouvé ça super bien construit, mais je n’arrivais pas à saisir la logique narrative (ces espaces dans le codage de la Bibliothèque, tout ça…plutôt que de me laisser porter par le côté « poétique », j’ai un peu buté dessus, tout en trouvant ça bien foutu… je m’attendais à autre chose peut-être, je sais pas.)

    Je te conseille aussi de lire Tancrède, j’ai passé un très bon moment, et j’ai beaucoup, beaucoup aimé la fin, parfaite pour moi. J’avais même envoyé un petit mail à l’auteur pour le lui dire, comme je l’avais rencontré au Salon du livre de Nice…!

    A bientôt dans la Mare, bonne soirée :)

    • C’est vrai que la dernière novella est assez différente des deux autres… C’est peut-être ce qui t’a destabilisé.

      Sinon, je pense que je vais me procurer Tancrède rapidement : ça faisait très longtemps que je n’avais pas accroché au style et aux thèmes d’un auteur comme cela ! (et puis je pourrais participer à l’opération lancée par Aphraël et Ekwerkwe, comme ça :-D)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :