Sortons la boule à facettes !

Pour concilier mes deux activités, je jongle avec le temps. Je m’étais demandée dans un billet précédent si je saurais concilier la reprise du métier qui me fait vivre avec mes travaux d’écrivain. Bilan après plus deux mois : j’ai trouvé la disponibilité intellectuelle en basculant de l’un à l’autre, en réservant des jours à chaque occupation, mais je n’ai pas assez de temps pour mener à bien tout ce que je devrais !

Depuis le début de ce blog, je pense à cet article. Le besoin de le rédiger se fait plus pressant maintenant, alors que je me rends compte du nombre effarant de facettes du métier d’écrivain.

Mon recensement, de ce que j’expérimente, et de ce que j’ai pu observer autour de moi :
*Avant d’écrire, il faut donner corps et crédibilité à ses idées, ce que seules des recherches approfondies permettent de faire. À noter que sur la totalité des recherches effectuées pour s’approprier un sujet, on utilise rarement plus de 10% des informations trouvées.

*Que ce soit pour préparer un roman ou une nouvelle, je suis adepte d’une préparation intensive. Cela implique de faire des fiches (même succinctes) sur les personnages et d’élaborer un plan détaillé (ou séquencier) scène par scène. À noter que certains auteurs se passent de plans.

*Ensuite, vient l’écriture en elle-même. La vitesse d’écriture est importante. Pour ma part, j’écris lentement. Je ne peux pas passer à la phrase suivante tant que la phrase en cours ne me satisfait pas. Le moral fluctue beaucoup, aussi Je passe par plusieurs phases psychologiques pendant la rédaction, souvent les mêmes : enthousiasme (mon idée est géniale, je vais m’éclater à l’écrire !), doute (houlà, ça ne ressemble pas à ce que j’avais imaginé…), découragement (n’ai-je pas été trop ambitieuse ?), blocage (c’est nul !), re-motivation (tant pis si ce que j’écris est pourri, je l’ai commencé, je vais le finir !), euphorie (enfin, c’est terminééé !).

*Après l’écriture, vient la relecture, la chasse aux répétitions, la lecture à voix haute du texte et le passage au crible de mon bêta-lecteur privé. Tout ceci n’est qu’une mise en bouche avant les corrections qui attendent ce premier jet.

*La bêta-lecture : je propose mon texte à un ou plusieurs bêta-lecteurs (sur la mare, par exemple^^) qui me relisent et m’indiquent les passages à retravailler. Et je corrige inlassablement mon texte, sur le fond et sur la forme.

*Quand j’estime que mon texte est prêt à affronter le monde impitoyable de l’édition (ou que je le connais tellement par cœur qu’il me sort par les trous de nez), j’écris un mail de soumission pour le proposer à l’éditeur pour lequel je l’ai écrit. Ne souriez pas ! Écrire un mail de soumission, c’est tout un art ! En plus, ça génère beaucoup de stress ! Mais autant essayer d’établir un bon contact avec les éditeurs dès le départ.

*Dans l’attente de la réponse, à la fois pour progresser et pour combler le vide post-soumission, j’ai pour habitude de réaliser quelques bêta-lectures. On apprend énormément en aidant d’autres auteurs à améliorer leurs textes.

*Admettons que le texte ait été accepté. Il devra ensuite passer par le crible des corrections éditoriales : l’éditeur (ou un de ses loyaux correcteurs) pointe chaque incohérence ou faute de style de manière impitoyable. Et hop : c’est reparti pour plusieurs vagues de corrections !

*Si on veut donner un coup de pouce aux ventes de ses ouvrages déjà publiés ou promouvoir ses œuvres en cours d’écriture ou déjà écrites (mais sans éditeur), rien de tel que d’ouvrir un blog ou une page Facebook régulièrement alimentés, et d’arpenter les festivals et les salons. La promotion, c’est important, surtout dans le petit monde de la SFFF, méconnu du grand public.

*En ce qui me concerne, vu que j’ai du temps à tuer (ha ha ha !), je touche aussi un peu au monde de l’édition (corrections éditoriales, comités de lecture), et je rêve de suivre une formation pour organiser des ateliers d’écriture.

Bref, pas moins d’une douzaine d’activités, souvent menées de front pourvu qu’on se penche sur plusieurs textes en même temps… Dès lors, je trouve cela effarant que si peu d’auteurs français reconnus vivent de leur plume (je ne parle pas de moi, il me reste un trèèès long chemin à parcourir pour prétendre à cela). Même si l’écriture est un vrai métier, en France, il rapporte peu et est rarement estimé à sa juste valeur.

Sachant que mon travail d’enseignante est aussi très polyvalent, je crois que j’ai une tendance (masochiste ?) à choisir des activités à multiples facettes. Au moins je ne m’ennuie pas ! Et au vu des fantastiques rencontres fictives et réelles que je fais tous les jours dans le monde SFFF, je ne regrette pas du tout mon investissement d’auteur ! ^o^

Publicités
Catégories : Écrire | 6 Commentaires

Navigation des articles

6 réflexions sur “Sortons la boule à facettes !

  1. MonkeyD

    C’est assez intéressant ces explications sur comment tu travailles ^^. Si j’étais du genre à être facilement motivé, ça pourrait me donner envie de m’y essayer (mais fort heureusement on me motive pas comme ça :p)

  2. La motivation, elle vient des idées qui se construisent petit à petit (en autre grâce aux recherches). C’est trop dur de les garder pour soi, il faut les partager…

    Sinon, je suis d’accord avec la multiplicité des tâches associées à l’écriture. Il en faut de l’énergie et de la volonté pour tout mener à bien.

    Bon courage macalys.

    • Bon courage à toi aussi !
      (D’ailleurs, j’ai encore plein de casseroles de mots sur le feu, je vais remuer tout ça ;-) )

  3. C’est épuisant de voir tout le boulot comme ça ! Heureusement que le plaisir d’écrire permet de ne pas renoncer devant l’ampleur de la tâche !

    • Pfiu ! C’est vrai que ça ressemble aux 12 Travaux d’Hercule quand on dresse la liste de toutes ces activités !
      Pourtant, une fois qu’on a le nez sur son clavier (ou son cahier), on n’y pense plus… on ne pense plus qu’à la magnifique aventure qui prend forme sous ses doigts :-D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :