Le travail du Furet de J-P Andrevon

À la recherche de romans de science-fiction, j’avais sollicité Bénédicte aux Utopiales, la kidnappant dans les rayons de la librairie et l’interrogeant sans relâche sur tel ou tel récit, tel ou tel style. Sous la torture, elle avait fini par me conseiller (entre autres) Le Travail du Furet de Jean-Pierre Andrevon.

Je l’ai fini il y a quelques jours, et pour le moment, je n’arrive pas à ouvrir d’autre roman, moi qui ai toujours deux ou trois lectures en cours. Ce livre m’a touchée. Pourtant, je ne ferai pas de fiche de lecture dans la section dédiée du forum CoCyclics, car je ne sais pas si je conseillerais cette lecture à quelqu’un. Je suis incapable de dire si ce roman m’a plu ou déplu. Il m’a touchée, c’est tout.

Illustration de couverture très classe par Benjamin Carré

Dans un monde surpeuplé, le ministère de la population tire au sort 400 000 citoyens à exécuter tous les ans. Le héros est un des assassins assermentés, un « furet » chargé de ces meurtres légaux. Il y a fort à parier qu’au fil de ses aventures, il découvre des magouilles pas claires chez ses supérieurs.

La narration est à la première personne, dans un registre familier, gouailleur. Deux choses que je déteste, et qui ont failli me faire décrocher dès les premiers chapitres. Mais je me suis accrochée, et les mots se sont effacés devant la personnalité et les doutes du héros.

Dans le monde où il évolue, les riches, les pauvres, les intellectuels, tous les groupes sociaux-culturels sont cloisonnés psychologiquement et géographiquement. Notre furet les hait tous sans distinction. Pourtant, il est à la fois riche (il dépense sans compter), pauvre (il côtoie souvent la misère et la saleté dans son métier) et intello (il est fan des films noirs d’avant les années 1950). Il nourrit un amour platonique réciproque pour une jeune femme sosie de Jean Seberg, et entretient une ribambelle de TOC. On devine tout un tas de fêlures dans sa carapace de mâle affirmé, ce qui le rend très touchant.

Au fil de l’histoire, beaucoup de choses sont suggérées, mais jamais totalement éclaircies. Comment le gouvernement est-il devenu totalitaire ? Pourquoi personne ne s’y oppose ? Quel est le métier mystérieux qu’exerce Jos, la belle du héros ? Se poser autant de questions stimule l’imagination, certes, mais je trouve aussi cela très frustrant.

La plupart du temps, il ne se passe pas grand-chose. Durant toute la première partie, on suit le héros dans ses journées de travail, on partage ses pensées, on découvre l’univers. Cette partie m’a semblée lente et répétitive, à l’image du héros qui agit comme un robot, sans se poser de questions. Les évènements s’accélèrent ensuite, mais le tout reste tout de même très contemplatif. Un assassin contemplatif ? Voilà quelque chose de surprenant ! Ça fonctionne assez bien, même si certains passages m’ont semblé plus creux que d’autres.

Au final, difficile de dire ce que je pense de ce roman car ce que je lui reproche, je l’apprécie aussi. Un gros coup de cœur quand même pour le héros, justicier blessé et impuissant, très attachant.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités
Catégories : Lire | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Le travail du Furet de J-P Andrevon

  1. Pour l’instant je n’en pense rien mais je veux bien le lire ^o^

    • Ah et sinon pour l’assassin contemplatif, je ne sais pas si c’est original en littérature, mais au cinéma c’est presque un classique, notamment, pour moi Ghost Dog, de Jim Jarmusch (assez sublime) et les Takeshi Kitano (et en réfléchissant très fort je peux peut-être en trouver d’autres ^^)

      • En fait, j’ai tendance à éviter les lectures ou les films qui mettent en scène des assassins car j’ai peur de ne pas supporter la violence (je suis une lectrice sensible ><). Donc peut-être que c'est classique, mais pour moi, c'est une découverte :-D
        (et sinon : lis-le !)

  2. Moi, j’ai adoré ce roman. ^^ Mais c’était déjà plus ou moins explicite. ^^

    • Une chose est sûre en tout cas : je ne regrette pas de t’avoir écoutée et de l’avoir lu. Il m’a remuée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :