L’été s’annonce studieux

Une semaine assez chargée se termine (en cette période d’examen, le futur de millions de jeunes à travers la planète repose entre mes mains, muahaha !), mais l’embellie des vacances s’ouvre devant moi et mes projets d’écriture.

J’aimerais terminer le premier jet de ma novella Mary’s Blues avant la fin de l’été. Avant cela, je veux à tout prix participer à l’appel à textes « Virus » de Griffe d’Encre pour lequel j’ai eu une idée mêlant Science-Fiction et enquête policière. La nouvelle qui résultera de ce mélange risque de me demander pas mal de travail : je prévois entre 40 000 et 50 000 caractères espaces comprises (entre 15 et 20 pages). Pourtant, je vais essayer de l’écrire d’ici la fin du mois.

Je réfléchis à ce texte depuis déjà trois semaines, le temps qu’il m’a fallu pour prendre conseil auprès de spécialistes et pour dresser le plan détaillé. Encore une fois, j’ai manqué de me noyer dans les recherches (notamment en biologie), tout ça parce que je ne supporte pas d’écrire un texte de SF qui ne soit pas un minimum crédible. Pourtant, en tant que lectrice, je me pose rarement des questions sur les principes scientifiques qui sous-tendent les récits science-fictionnesques. À partir du moment, où les évènements s’enchaînent de façon plutôt logique, je me laisse porter par l’histoire.

Alors pourquoi, pourquoi est-ce que je me complique autant la vie en tant qu’auteur ?
Au moins une piste d’explication : j’adore explorer les chantiers scientifiques actuels, découvrir de nouveaux horizons^^ D’ailleurs, je me vois mal écrire en exploitant mes connaissances historiques. Si j’écris c’est surtout par goût du dépaysement.

Publicités
Catégories : Écrire | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “L’été s’annonce studieux

  1. Tu me fais peur je l’avoue : je ne fais quasiment jamais de recherches pour mes écrits (du moins pas aussi poussées)
    Par contre, je crois que si je n’ai encore jamais osé m’inspirer de mes propres études en histoire de l’art, ce n’est pas parce que j’ai besoin de dépaysement, c’est parce que, paradoxalement, j’aurai l’impression de ne jamais être assez précise ou de prendre le risque de dire une bêtise ^^

    • N’aies pas peur : je fais des recherches, mais au bout du compte, si j’utilise 10% de ce que j’ai trouvé, c’est bien le maximum ! Il ne s’agit pas non plus d’écrire un essai scientifique !
      Sinon, pour l’utilisation de tes connaissances, tu n’es pas la première à me dire ça. En fait, moi je ne me suis pas posée cette question, car pour le moment, je n’ai pas l’intention d’écrire de texte avec une trame historique. Si un jour je décide de le faire (il ne faut jamais dire : Fontaine, … blablabla), je crois que je n’hésiterai pas à me permettre de grandes libertés avec la réalité historique, justement parce que je maîtrise un minimum le sujet.

  2. Je suis un peu comme toi, Macalys, je fais beaucoup de recherches et je n’exploite que très peu de ce que je récupère mais je me dis qu’au moins, ce que j’écris tient la route. Quoi que… le plaisir de raconter une bonne histoire prend souvent le pas sur le bien fondé des idées. ^^ Bonne écriture à toi, en tous cas. :)

    • Merci ! Toi aussi ;-)
      Je pense aussi qu’à un moment, il faut lâcher prise avec le crédible. Après tout, écrire de la fiction c’est bien chercher à se démarquer au moins un peu de la réalité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :