Les Scarifiés de China Miéville

Cela fait un moment que je n’ai rien dit de mes lectures. Pourtant je lis, beaucoup même, mais je suis exigeante. Il y des lectures qui divertissent, d’autres qui interpellent, d’autres qui laissent un goût d’inachevé. Et puis, parfois, je rencontre un roman qui décoiffe. Un roman que je savoure à petites bouchées parce que j’ai envie d’y réfléchir à chaque étape, d’imaginer les suites possibles, un roman dont je ralentis la lecture parce que je n’ai pas envie de le terminer et de laisser derrière moi son univers envoûtant, un roman que je relirai encore et encore.

Ce genre de perle rare, on ne la rencontre pas souvent dans sa vie. Donc autant en parler quand c’est le cas. Ce roman magique qui s’est propulsé directement dans mon top-10-de-tous-les-temps, il s’agit des Scarifiés (The Scar) de China Miéville.

Illustration de couverture par Marc Simonetti

Imaginez un monde où cohabitent un tas d’espèces intelligentes toutes plus extraordinaires les unes que les autres (hommes-cactus, hommes-moustiques, hommes-langoustes…). Ce monde recèle encore un tas de mystères pour ses innombrables habitants. Bellis, une linguiste humaine peu liante, s’embarque vers de lointaines colonies pour fuir quelques temps la milice qui la poursuit dans sa ville d’origine, Nouvelle-Crobuzon. Mais en chemin, tout bascule. Le bateau où elle se trouve et son équipage sont capturés et emmenés sur Armada, ville-pirate constituée d’une multitude de navires attachés les uns aux autres. Cette ville est gouvernée par les Scarifiés, un couple d’amants qui poursuit un dessein ambitieux et mystérieux. Mais Bellis, elle n’aspire qu’à une chose : retrouver sa ville chérie, Nouvelle-Crobuzon.

Dans ce récit, il y a des personnages auxquels on s’attache, aucun n’est un surhomme, tous ont leurs rêves et leurs faiblesses. Bellis la linguiste avec le mal du pays, bien sûr, mais aussi Tanneur Sacq, le recréé à qui on a greffé deux tentacules, ou Shekel, le jeune marin débrouillard. Le récit est bien mené, construit en arcs : les rebondissements s’enchaînent, la résolution d’un mystère amène une nouvelle aventure.

Mais ce qui m’a touchée par-dessus tout dans ce roman, ce sont deux des thèmes développés.
L’amour de la ville, en premier lieu. Même laide, même lointaine, même dirigée par des tyrans ou des imbéciles, la ville à laquelle appartient notre cœur cristallise tous nos espoirs de vie meilleure, de vie tout court. Et en cas de déracinement, « n’importe quelle ville est préférable à aucune », comme le pense Bellis.
(oui, je suis du genre à aimer la vie citadine, en particulier à Paris^^)
Un autre thème qui m’interpelle est celui des conséquences induites par nos choix. Nos décisions ne sont jamais anodines, et l’enfer est pavé de bonnes intentions… Difficile de savoir aussi pour qui ou pour quoi on agit : essaie-t-on de plaire aux autres, participe-t-on d’un plan qui nous dépasse, ou poursuivons-nous notre propre destin ?

En bref, un roman merveilleux, exotique et profond, à lire !
Pour ma part, je vais m’empresser d’explorer les autres œuvres de Miéville.

(Depuis que j’ai refermé Les Scarifiés, je dévore Les Voyageurs de Marie-Lé Camille, fiché sur CoCyclics par Pingu, et je ne suis pas déçue ! Deux bons romans à la suite, pourvu que la série se poursuive !)

Publicités
Catégories : Lire | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Les Scarifiés de China Miéville

  1. Scribo Loutre

    Cette critique me confirme dans l’idée que China Miéville doit figurer dans ma PAL.

  2. Alaric

    Oh, Comme je te déteste! ;-)

    Je m’étais promis de ne pas ajouter de nouveaux livres à ma PAL avant la fin des vacances.

    Maintenant, il va devoir non seulement y apparaitre, mais en plus, il va devoir prendre la première place. Vu le monde et les thèmes que tu évoques, il y en a plusieurs qui m’intéressent énormément.

    Grrrr….

    Rappel: ne plus venir lire les billets de ce blog

    • Crois-moi, quand tu auras lu ce roman sur mes conseils avisés, tu vas m’adorer ! :-D
      Reviens quand même me dire ce que tu en as pensé^^

  3. Pingback: Meme des livres (3) « Macalystique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :