Métaphysique d’un vampire

Toujours dans le cadre du challenge lancé par Cécile Duquenne (lecture d’ouvrages parus chez les petits éditeurs de SFFF francophone), voici une nouvelle fiche sur un roman (une novella ?) dévoré en moins de deux :

Illustration de couverture par Rozenn

Métaphysique d’un vampire de Jeanne-A Debats, paru aux Éditions Ad Astra en 2012.

Quatrième de couverture :
Raphaël est un drôle de vampire. Non seulement il est vieux et immortel, mais il entretient un rapport ambigu avec le Vatican. Pour tout dire, il travaille en sous-main pour lui… comme espion assassin. Normal, avec ses dons de vision, ses capacités surnaturelles, il ne peut être qu un agent hors normes ! Or, voici qu il se rend au Brésil, mis sur la trace d une autre créature de la nuit dangereuse, qu il doit capturer… ou éliminer. Accompagné d un prêtre, Ignacio, et d une vampire, Dana, le voici embarqué dans une sombre aventure où la moindre erreur de jugement peut se révéler fatale. Mais Raphaël pense. Lui. Avec Métaphysique du Vampire, Jeanne-A Debats nous livre un roman d aventures fantastique efficace, roublard, au langage… mordant. Ou comment Audiard rencontre Joss Whedon. Pour le meilleur, bien sûr !

Ce que j’ai particulièrement aimé :
* Le héros, un vampire assez classique dont la truculence (le récit est à la première personne du singulier) nous fait oublier les clichés. Il tient vraiment des réflexions à hurler de rire, soit liées à beaucoup d’irrévérence vis-à-vis de sa hiérarchie, soit bâties avec des jeux de mots bien trouvés. On ne peut pas s’empêcher de prendre son parti.

* Le rythme. Le récit est très bien construit, dynamique, sans temps morts. Le style bien maîtrisé n’y est sans doute pas pour rien. La lecture est donc très fluide et agréable.

Un petit aperçu des deux points ci-dessus p. 9 :

J’ai découvert ça sur le tas : boulotter mes semblables est plus fructueux que suçoter de la jeune fille en fleur. Bonus : c’est plus présentable moralement. Même si l’une de mes dernières victimes a tenté de m’embrouiller avec le raisonnement suivant : le vampire, c’est du concentré de jeune fille justement, c’est cela qui rend le cocktail si efficace. J’ai interrompu le discours avant la fin qui promettait d’être juteuse. Je n’aime pas vraiment quand les gens ont raison et j’aime encore moins discuter avec mon déjeuner.

Ce qui m’a gêné à la lecture :
* J’ai eu du mal à situer le récit dans le temps. On dispose de quelques indications lors de la mission du héros, mais elles viennent trop tard et elles ne sont pas très précises. Quand en lisant le quatrième de couverture (je ne le lis jamais avant de commencer un roman de peur d’être spoilée), j’ai vu que l’action se passait dans les années soixante, j’ai été surprise. L’argot employé dans le récit fait très actuel et donc anachronique. Il y a une référence à Le Bon, la Brute et le Truand, or le film est sorti en 1966, et les repères dans le roman se réfèrent plutôt au début des années 1960.

Pour conclure : une histoire drôle et haletante, même pour ceux qui n’aiment pas les vampires (comme moi). D’après une interview de l’auteur à la fin du livre, un recueil sur les aventures du vampire est à suivre, et je l’attends maintenant avec impatience.

Dans le cadre du défi, j’ai maintenant lu :
Les Voyageurs de Marie-Lé Camille ;
L’Arbre-miroir de Christian Léourier ;
Les Gentlemen de l’Étrange, d’Estelle Valls de Gomis ;
Comme un poison dans l’eau de Yan Marchand ;
Métaphysique d’un vampire de Jeanne-A Debats ;
Les Pilleurs d’âmes de Laurent Whale.

Et vous, vous en êtes où ?

Publicités
Catégories : Lire | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Métaphysique d’un vampire

  1. euh… c’est en janvier 1968 et je dois le dire en page 4 ou 5 à partir de la première page du roman (pas celle des cahiers) ^^ (mais apparemment personne ne l’a lu o_o) en gros la phrase ça doit donner « la soirée gnagna constellée d’étoiles frémissantes gnagna en délicieuse soirée de fin janvier 1968 que c’est presque péché de gnagna » (Sorry j’ai pas un ex sous la main et je le sais pas par coeur^^)
    chais pas, là je suis démunie PERSONNE ne la lit, cette date nom de zeus ! :o_o

  2. Ça doit être sa place dans la page… À moins que Zeus y soit vraiment pour quelque chose ;-)
    Enfin, c’est parce qu’il fallait vraiment trouver quelque chose qui m’avait un peu gênée.

  3. Ben tu dois être la cinquième ou sixième à qui Zeus ou la page font le coup, je vais couiner pour abus de statut^^ (mais au tome 2 je mets la date en exergue et je la reprends trois fois) (pi je l’annonce sur mon blog) (pi je la fait inscrire dans le quatrième de couv’ ;) )*
    * (Après si quelqu’un s’y connait en signaux de fumée…)
    ;-)

  4. À mon avis, Zeus se fera mieux corrompre avec de l’ambroisie^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :