Sur ma météorite

Dans cet article du 10 décembre 2009, je disais :

Les histoires d’amour constituent un piège fatal pour l’écrivain. Pour que le lecteur y croie,  il faut lui faire ressentir ce sentiment universel tout en lui évitant les clichés rebattus, ce qui est quasiment impossible, vu que les histoires d’amour sont au centre de la littérature depuis des siècles, et  que  tout a été dit dessus ou presque. Parler d’amour de façon originale sans glisser dans la mièvrerie ou dans le cynisme relève de la gageure (et c’est d’ailleurs pour cette raison que la plupart du temps, j’empêche mes personnages de tomber amoureux… Malheureusement, ils ne se montrent pas toujours coopératifs ;_;).

Eh bien, depuis, j’ai évolué ! Dans mon roman Mary’s Blues, la romance est au centre de l’intrigue, et dans ma novella Charlie ou l’essor d’un magicien sécheur de chaussettes, elle a son importance. J’ai même écrit des nouvelles érotiques parues chez Piments & Muscade. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !^^

Bref, quand en octobre 2012 WeLoveWords lançait un concours pour les éditions Harlequin dans ces termes :

Certains pensent que les romances, c’est dépassé ? Prouvez-leur qu’une histoire d’amour peut être moderne, piquante, mordante, vivante, drôle, émouvante. Tout sauf ringarde !

D’autres croient que les romans Harlequin, c’est pour les ménagères de plus de 50 ans en manque d’amour ? Prouvez-leur qu’ils s’adressent à tout le monde !

D’autres encore prétendent que les romans d’amour, c’est mièvre ? Prouvez-leur qu’ils savent être soft ou très sexy, en tout cas jamais ennuyeux !

J’ai voulu relever le défi^^ En une semaine, les idées et les mots se sont bousculés, et à la fin, une grosse nouvelle (ou une petite novella) de 60 000 signes espaces comprises intitulée « Sur ta météorite » a vu le jour. Avant de la soumettre, je l’ai faite relire par plusieurs personnes, en particulier une amie qui l’a découverte devant moi, gloussant et poussant des petits cris de joie dès qu’un passage lui plaisait. Déjà une bien belle récompense !

Et lundi, je reçois un mail de WeLoveWords qui m’annonce que je fait partie des douze lauréats du concours ! \o/ Mon premier concours remporté ! :’) Mon texte devrait donc sortir en version numérique chez Harlequin courant mars.

S’est alors posée la question : dois-je prendre un autre pseudonyme pour publier de la romance ? Après moultes tergiversations et prises de conseils auprès de mes amis auteurs, j’ai décidé d’assumer et de publier sous le nom que j’utilise déjà. Après tout, j’ai écrit cette nouvelle avec la même application que mes autres textes.

J’ai hâte de commencer cette aventure éditoriale !

Et vous, pseudo ou pas pseudo pour la romance ?

Publicités
Catégories : Écrire | Étiquettes : , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Sur ma météorite

  1. Tiens, on a parlé des pseudos sur [Espaces Comprises] la semaine dernière ! :-)
    Personnellement, je garderai le même nom pour tout. Pourquoi se compliquer ? Et pourquoi se compartimenter ? :-)

    • Oui, j’ai aussi lu vos articles sur le site pour me décider :-)
      Je suis d’accord, si on bosse sérieusement ses textes, il n’y pas de raison de ne pas les assumer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :