Articles tagués : Inspiration

Traversée du désert à la rame (2)

Suite de cet article.

Est-ce qu’un auteur arrête vraiment d’écrire pendant une panne d’écriture ?

La réponse est complexe.

D’un côté, je n’avais vraiment plus d’inspiration ni d’envie d’écrire pendant 2 ans. J’ai laissé de côté des projets très alléchants (notamment une nouvelle sur le thème Quantpunk, pour laquelle j’avais effectué tout un tas de recherches complexes et passionnantes), des corrections éditoriales (c’est un miracle si j’ai finalement une parution en fin d’année, on en reparlera ;-) ), ou même des amorces de projets. En effet, parfois, j’avais l’impression que la machine repartait, je saisissais un carnet, j’écrivais plein d’idées, une demi-page sur Word, et puis pfuit ! Le soufflé retombait aussitôt. C’était rageant !

D’un autre côté, l’écriture existait toujours en fond de toile dans ma vie. Pendant un moment, j’ai continué à contribué à la Microphéméride (un site de micronouvelles sur les éphémérides du jour, foncez voir !), jusqu’à ce que j’abandonne en 2015 car je livrais toujours mon texte à l’extrême limite de la deadline, ce qui épuisait autant les organisateurs que moi.

À une période, j’ai relu certains de mes textes et les ai soumis ou resoumis pour les voir publiés, avec quelques succès. Ces succès ne m’ont d’ailleurs pas tellement remonté le moral car j’avais l’impression de proposer aux éditeurs les textes de quelqu’un d’autre, d’une autre moi dans une autre vie.

Le plaisir d’écrire me manquait. Souvenez-vous, c’est le fait d’écrire sous une certaine contrainte qui avait en partie déclenché mon blocage. Je revins alors à un rapport plus concret et physique avec l’écriture ; je m’achetai de beaux carnets pour y noter ce qui m’arrivait, mes réflexions et des citations avec des stylos de toutes les couleurs. Finalement, j’écris beaucoup dans mes journaux, au moins tous les trois jours. Je pense que cela m’a aidé à garder un certain rythme, ce qui m’a servi quand tout s’est débloqué.

Et vous, gardez-vous un rapport à l’écriture, même lointain, pendant vos blocages ?

Catégories : Écrire | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Traversée du désert à la rame (1)

Voilà le premier d’une série de trois articles sur une panne d’écriture qui a duré plus de deux ans. On ne sait jamais si son expérience peut servir ou donner du courage et de l’espoir à d’autres :-)

En juin 2014, j’ai arrêté d’écrire. Pourtant, mon roman Mary’s Blues était paru en février. J’avais assisté au Salon du Livre de Paris en tant qu’auteur en dédicace. Ayant développé mon réseau, je travaillais à un nouveau roman directement avec l’éditeur, un rêve d’auteur. J’avais écrit le premier tiers et je devais le remanier pour signer mon contrat. L’échéance était en juin. Plus la deadline approchait, et moins je me sentais capable d’aligner deux lignes. Finalement, je contactai l’éditrice pour lui annoncer que je renonçais au projet.

 

Il me semble que deux raisons principales ont participé à cet abandon.

Tout d’abord, maintenant que je travaillais directement avec les éditeurs, je sentais trop de pression. Une pression que je me mettais toute seule d’ailleurs car mes interlocutrices ont toujours été très compréhensives et patientes avec moi. Cependant, je perdais de vue le plaisir de l’écriture pour me retrouver dans une obligation d’écrire.

Ensuite, j’avais l’impression de m’être mise à nu avec la parution de mon roman Mary’s Blues. Je n’avais plus envie de m’exposer, surtout que je me trouvais dans une période de fragilité. J’entrais donc dans un burn out d’écriture.

 

Alors que j’écrivais et publiais en continu depuis 2009, travaillant souvent sur plusieurs projets à la fois, toute idée, toute volonté d’écrire m’avait abandonnée.

Au début, je temporisai, me disant que c’était un mauvais moment, que ça allait passer, que ça m’était déjà arrivé avant (notamment en période de concours ou d’examens). Mais les jours se transformaient en semaines, les semaines en mois, et ni l’envie ni l’inspiration ne revenaient.

Puis, je commençai à me culpabiliser. “Mais qu’est-ce qui ne va pas avec toi ? Tu avais un boulevard devant toi, et tu es restée sur le côté !” “Tu devrais écrire plutôt que de…” Une partie de mon identité s’était évaporée. Être auteure a toujours été un rêve pour la réalisation duquel j’ai travaillé dur. Et quand on n’écrit plus, on ne se sent plus auteur (moi pas en tout cas).

Je cessai de fréquenter les salons et les festivals de littérature de l’imaginaire, je m’isolai de mes contacts écrivains. Je ne voyais plus quoi leur dire de toute façon, puisque je n’avais plus aucun projet d’écriture. Le vide. Pour compenser, je cherchai d’autres moyens d’exprimer ma créativité : le dessin, la peinture, le collage, le chant… L’écriture me manquait mais j’étais incapable de m’y atteler de nouveau. Pas de front en tout cas.

(à suivre)

 

Et vous, avez-vous déjà vécu une panne d’écriture sérieuse ?

Catégories : Écrire | Étiquettes : , , , | 6 Commentaires

L’été sera chaud (encore plus que prévu ^^)

Ce n’est pas parce que l’activité sur ce blog se réduit que mon activité littéraire ne bat pas son plein ! Désolée pour le manque de nouvelles, mais j’ai malheureusement peu de temps pour blogguer.

Au programme de l’été : un nouveau roman d’enquête et et de romance à Paris (trois ingrédients presque indispensables à ma prose :-P ), une nouvelle de western pour le concours k-libre / 12-21, et peut-être un texte pour l’AT Ce Signe étrange apparu en ville, si mon idée se décide à se transformer en histoire un jour.

Côté publications à venir : mon roman Mary’s Blues a trouvé son éditeur, une de mes nouvelles figure au sommaire de la future anthologie Berceaux, Vies et Tombeaux, dont je vous reparlerai en temps voulu, et une romance-surprise devrait paraître d’ici fin 2013-début 2014 \o/

Et enfin, le meilleur pour la fin, ma première romance paraît aujourd’hui aux Éditions HQN en numérique ! Elle se nomme « Liaison interdite » et vous la trouverez chez tous les bons crémiers vendant des livres numériques. ou , par exemple. Au programme : deux scènes torrides, la fraîcheur d’une bibliothèque, et un amour interdit qui tente de contourner l’éthique universitaire^^ Sans compter du thé glacé et de la meringue pour édulcorer un peu le tout ;-)

Couverture de "Liaison interdite" chez HQN

Couverture de « Liaison interdite » chez HQN

J’ai commencé à écrire de la romance il y a près d’un an pour m’amuser, dans le cadre du concours HQN / We Love Words, et ma (grosse) nouvelle a été retenue : elle est devenue « Liaison interdite »^^ Ce ne sera pas la dernière… Stay tuned !

En attendant de prochaines actualités, je crée une nouvelle page dans « Publications », consacrée à mes publications numériques.

Bon été !

Catégories : Écrire | Étiquettes : , , , , , , | 3 Commentaires

Un pépin a germé !

Je vous parlais dans ce billet d’une de mes tentatives malheureuses pour participer au Prix Pépin. Eh bien, cette année, j’ai retenté ma chance et l’une de mes micronouvelles a été retenue dans la sélection finale qui concourt pour le Prix du Public :

15 – Coquetterie

 La dernière clématite au monde, arrosée par les pluies acides et nourrie par un air radioactif, grimpa jusqu’au sommet de la dernière tour de la planète et épanouit sa corolle mauve devant la désolation terrestre. La dernière petite fille au monde la cueillit et la mit dans ses cheveux.

Cette micronouvelle constitue un hommage à celle très connue de Frederick Brown :
« Le dernier homme vivant sur la Terre se trouvait chez lui. On frappa à la porte. »

Pour voter c’est simple, il suffit de lire la sélection, de choisir trois micronouvelles et d’envoyer votre choix à l’adresse indiquée sur ce lien. Si mon pépin vous plaît, pensez à moi ^^
(Qu’il soit primé ou non, il sera publié dans le prochain Géante Rouge).

Catégories : Écrire | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Musique et inspiration (3)

Billet de printemps !

En 2010, j’avais écrit deux billets sur mes sources d’inspiration musicales. La musique constitue encore un pan important de mon inspiration littéraire et je travaille toujours sur mes textes avec des ambiances choisies.

Dans Mary’s Blues, chaque chapitre porte le titre d’un ou plusieurs morceaux et la musique a un petit rôle dans l’intrigue (deux des héros sont musiciens).

Voilà quelques morceaux qui m’influencent pour Artis, mon roman en cours.

* Genius de C2C :

* The sun smiles too loud de Mogwai :

* Nightcall de Kavinsky :

* Lucky Strike des Maroon 5 :

Des morceaux variés qui vont de la pop à l’électropunk. Je ne m’en lasse pas !

Et vous, vous écoutez quoi, en ce moment ?

Catégories : Arts, Écrire | Étiquettes : , | 2 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.